ISSN 2409-546X
ПИ № ФС77-61102
8-800-555-1487

Французский язык в произведениях русских писателей

Библиографическое описание: Дронин В. А., Ермакова М. В. Французский язык в произведениях русских писателей // Юный ученый. — 2018. — №2. — С. 24-26. URL: http://yun.moluch.ru/archive/16/1115/ (дата обращения: 15.08.2018).





 

Dans les oeuvres divers de l’art de la langue, tels que chansons, poésies et prose il y a souvent des additions en langue différente de celle du récit. Cela permet de rendre le récit plus autentique ou d’attribuer du coloris, de varier et de vivifier l’histoire. Pourtant un tel manouevre n’est pas toujours pertinent et doit être utilisé attentivement.

Parmi les langues étrangères qui ont apparu dans la literature russe du XIXième siècle le français est particulièrement reconnu, car on peut au moins renctontrer quelques phrases lâchées lors d’une conversation dans la plupart des romans racontant de la vie noble.

Le français est la langue des couches superieures de la société de l’époque. Mais même au sein de ce groupe social il y avait de certaines différences en ce qui concerne la mode de son utilisation dans des situations où il était approprié et inapproprié. Certains faisaient parade des expressions éclatantes et pas toujours décentes partout, d'autres préféraient la langue maternelle en tout cas. Quoi qu'il en soit, le fait demeure: dans la société noble du XIXe siècle français fut fermement ancré dans le langage de nombreuses personnes, et ne pas le rencontrer dans la prose et la poésie du temps est tout simplement impossible.

Examinons la nature générale de l'utilisation de la langue française dans la littérature de l'ère.

Tout d'abord, la langue apparaît le plus souvent sous forme de petites phrases, voire rengaines individuels prononcés par les personnages à occasions différentes. Le plus fréquemment, ce sont les salutations (bon soir, Bonjour, etc.), exclamations, interjections ou mots de liaison.

Les salutations sont souvent utilisées, par example, par Pavel Kirsanov du roman «Pères et fils». Il est aristocrate le plus typique de l'époque, et en plus de les fameux «bon soir» et «adieu», on peut être d'entendre beaucoup d'autres phrases: «s’est dégourdi», «du calme», «À bon entendeur, salut». Dans d'autres œuvres vous pouvez entendre quand même quelque chose comme ça, non seulement des hommes mais aussi des femmes: Olga Ilyina du roman «Oblomov» pousse la phrase «Ma tante vient de dire», et les dames dans «Le Malheur d'avoir trop d'esprit» montrent une nouvelle écharpe en l'appelant “écharpe” (en français, c’est-à-dire).

Il vaut noter, cependant, que le français n’est pas toujours utilisé par les gens élégants et de façon élégante. Dans le même roman «Pères et fils» il y a une scène de balle dont l'un des participants est un armé qui, selon l'auteur, a passé quelque temps à Paris et a «enrichi» son vocabulaire des exclamations «zut!», «Ah fichtre» et les dit avec une prononciation parfaite, mais parle aussi avec des fautes grammaticales graves.

L’exression «un mélange de français et Nizhny Novgorod» est notamment connue. Elle est apparu dans la comédie «Le Malheur d'avoir trop d'esprit» de Griboïedov:

Здесь нынче тон каков?

На съездах, на больших, по праздникам приходским?

Господствует еще смешенье языков:

Французского с нижегородским?

Dans les mots du héros (Chatsky) l’auteur ridiculise la prédilection excessive pour rien nobles français, et à toutes les choses étrangères en principe. Beaucoup de gens, en suivant la mode, parlaient français en le sachant mal. Depuis lors, cette expression n'a pas été utilisé dans les cas où il y a un mélange inapproprié des langues, mais aussi quand il y a une tentative de connexion tout incompatible. Dans la comédie, il y a d'autres épisodes où la dépendance de l'étranger est condamnée: monologue de Chatsky sur un Français de Bordeaux, par exemple. À l'arrivée en Russie il trouve que tout le monde parle sa langue maternelle.

Même si l'auteur parvient à éviter l'utilisation directe du français, il est au moins mentionné. L'un des meilleurs exemples est le roman-poème bien connu «Eugène Onéguine», qui est aussi appelé l’encyclopédie de la vie russe. Tatiana Larina écrit sa lettre d'amour à Onéguine en langue qui n’est pas maternelle pour elle car elle pouvait s’exprimer bien pire en russe. Dans l’oeuvre la lettre est presentée en russe, cependant on remarque qu’elle est rédigée en français.

Ainsi, il est clair que la langue française est utilisée comme un moyen d'expression, comme les métaphores, les illustrations, les adjectifs et ainsi de suite. Elle donne de l’accent, crée une couleur spéciale et permet de créer une image complète et réaliste de l'époque. L'utilisation de la langue de certains personnages permet également de découvrir leur personnalité.

Dans aucun des œuvres du réalisme russe du XIXe siècle il n’y a pas autant du français comme dans le roman de Tolstoï «Guerre et Paix». Tolstoï tout au long de sa vie le supprimait et rajoutait aux nouvelles à plusieurs reprises. Il le supprimait la plupart du temps sous l'influence de la critique, beaucoup d'entre eux à l'époque étaient contre les Français, et l’ajoutait à nouveau parce que son roman perdrait une partie sans laquelle l'idée du produit ne serait pas exprimée aussi brillamment. Le récit commence par l'expression en français, ce qui est ironique, parce que le roman épique est consacré à la nation russe en crise, lors de la guerre avec la France napoléonienne.

Le début du roman “Guerre et Paix”. Les deux langues sont presentées presque également

 

Tolstoï combine librement deux langues en formant ce que ses contemporains appelait «смешением французского с великорусским» (apparemment calqué de déjà mentionné «mélange de français avec Nizhny Novgorod»).

Je suis votre верный раб, et à vous seule je puis l'avouer. Мои дети — ce sont les entraves de mon existence.

Leo utilise la langue française afin de souligner les similitudes entre les deux nations, qui se sont impliqués dans une guerre brutale et insensée. En outre, il est intéressant que la noblesse russe a continué à parler activement la langue de l'ennemi pendant la lutte, bien que la plupart des nobles soient patriotes et protégaient leure patrie.

On ne peut pas ignorer l'influence que le français a exercée sur le langage russe de l’époque. Sous l'influence de l'utilisation fréquente ou même parfois excessive la manière d’écrire et parler ont changé et adopté quleques mots et expressions de chatactere assez interessant.

Souvent, on peut apercevoir la structure «иметь сказать», un calque évident du français — avoir quelque chose à dire. " Выкладывайте все, что имеете сказать ", par exemple. D’ailleurs, il y a le verbe «манкировать», tiré de manquer — verbe de sens similaire.

En général, XIX siècle a été une période intéressante, où les Français et les Russes allaient de pair, côte à côte. Le premier a laissé se trace sur le seconde, et a rendu plusieurs visites dans les grandes œuvres d'écrivains-réalistes russes.

Публикация

№ 2 (16), апрель 2018 г. г.

Скачать выпуск

Автор


Научный руководитель

Рубрика

Иностранные языки

Год публикации

Социальные комментарии Cackle